Conscience de soi Ethnomédecine

Les marches du cancer

Guo Lin Qi Gong

Le Guo Lin Qi Gong est un Qi Gong spécifique pour les personnes atteintes de cancer.

Cette méthode a été créée par Mme GUO Lin dans les années 50.

Qui est Madame Guo Lin ?

Guo Lin( 1909-1984), est une artiste peintre née en Chine. Dès l’âge de 8 ans, elle commence les pratiques taoïste avec son grand père. En 1949, elle est atteinte d’un cancer de l’utérus. Elle subira une hystérectomie ainsi qu’une ablation partielle de la vessie due à 6 métastases successives. La grande souffrance qu’elle subit l’amène à la réflexion suivante : la médecine moderne n’empêche pas de développer la maladie, et le Qi Gong classique non plus. Il faut alors exploiter sa propre capacité d’auto guérison et trouver une autre méthode. Ainsi, elle étudie le Qi Gong et les livres médicaux d’oncologie pour comprendre comment se développe le cancer. Elle a expérimenté d’abord sur elle-même les différentes techniques qu’elle mettait en place. Sa 6ème métastase sera la dernière ; ensuite plus de rechute.

A partir de 1970, elle transmet officiellement sa méthode aux personnes atteintes de maladies chroniques et de cancer. Le nom qui est donné est : « Méthode thérapeutique de nouveau Qi Gong ». Il devient ensuite « Nouveau Qi Gong thérapeutique » pour finalement s’appeler en hommage à sa créatrice : « Guo Lin Qi Gong ». Guo Lin est morte à 73 ans non pas du cancer, mais d’une très grande fatigue due au surmenage qu’elle a eu à consacrer sa vie à diffuser sa méthode.

Cette méthode est révolutionnaire non seulement dans son contenu, mais aussi dans la façon de l’enseigner.

La spécificité du Guo Lin Qi Gong

La particularité des Qi Gong anciens est qu’ils sont d’abord très statiques avant d’être dynamiques : posture d’arbre, méditation avec des intentions spécifiques sur différentes parties du corps. Or pour les personnes malades, il est très difficile d’être concentré. Guo Lin imagine donc inverser l’ordre et propose d’emblée une pratique dynamique avec les marches.

Les Qi Gong anciens sont des Qi Gong de « bienêtre » et d’une façon générale, ils tonifient, renforcent l’énergie, améliorent la santé. Au même titre que la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) dont ils font partie, ils s’inscrivent dans un axe de prévention. Or le cancer selon la MTC est dû entre autres à une dysharmonie Yin/Yang, à un blocage de la circulation du Qi et du sang, c’est une maladie non pas de « vide », mais dite de « plénitude » ; il faut donc disperser et non tonifier pour éliminer les toxines et les stagnations afin que l’énergie circule.

Dans les Qi Gong anciens, il existait une respiration appelée « la respiration comme le vent » ; celle-ci était interdite. Guo Lin l’a utilisée en la combinant à la marche. Cette méthode permet une hyper oxygénation des cellules (à ne pas confondre avec une hyper ventilation). Or les cellules cancéreuses se développent en anaérobie c’est-à-dire en absence d’oxygène. Ainsi, cette technique qui permet d’absorber plus d’oxygène contribue à inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

Les marches sont les plus connues du Guo Lin Qi Gong et elles sont couramment appelées « Xi xi hu » (prononcer si si rou) : cela correspond au rythme de la respiration comme le vent ; xi voulant dire inspire et hu expire.

Par ailleurs, les études scientifiques montrent que les émotions telles que la colère, l’angoisse, le stress, la tristesse jouent un rôle néfaste sur le système endocrinien. La pratique du Qi Gong nécessite de pacifier les émotions. Contrairement aux Qi Gong anciens, où les trois régulations se font en même temps, Guo Lin préconise dans un premier temps de porter son attention sur le corps, harmoniser le mouvement, viennent ensuite la régularisation de la respiration puis dans un troisième temps la régularisation du cœur, de l’esprit, des émotions.

Cette pratique se fait en plein air et quotidiennement. Chaque personne est un cas particulier et les préconisations des marches et autres exercices sont adaptés en fonction de son état. En Chine, il est courant que les malades pratiquent 4 à 5 heures par jour. Confiance, détermination, persévérance sont les 3 clés permettant à la personne d’être acteur dans son chemin vers la guérison.

Bien évidemment, le Guo Lin Qi Gong vient en complément des traitements conventionnels et ne se substitue en aucun cas à eux.

2 commentaire

  1. Aragon

    C est top je vais le lire tranquillement cela a l air très intéressant

    1. bonjour,
      si vous avez besoin de plus informations sur le sujet je vous répondrai avec plaisir
      a bientôt.

Répondre à Dolores Guillemet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *